actualités

Guillaume Bottazzi a signé près de 100 œuvres d’art réalisées dans des espaces fréquentés, elles relèvent d’une réflexion globale intégrant différents paramètres, notamment contextuels. Ses œuvres environnementales impliquent des contingences spécifiques, elles relatent d’une démarche tridimensionnelle et résonnent à un ensemble de paramètres afin d’élargir le champ de portée de l’œuvre.

Les matériaux sont durables, ils résistent aux vicissitudes du temps, aux incivilités, aux rayons solaires, au vent, etc…
La réputation des équipes en coordination, mais aussi poseurs, artisans, techniciens, ne sont plus à faire en matière d’excellence.

 

Oeuvres rétroéclairées de Guillaume Bottazzi, Lyon. A découvri à l'occasion des Journées Européennes du Patrimoine. De l'art avec de la lumière.

Lyon, oeuvres rétroéclairées, juillet 2021

Cette installation lumineuse est composée de 6 oeuvres rétroéclairées. Ces créations ont l’ambition de favoriser notre bien-être en apportant des œuvres d’art dans notre quotidien. Cette installation a été sélectionnée par le ministère de la Culture pour participer aux Journées Européennes du Patrimoine 2021, parmi 26 oeuvres de Guillaume Bottazzi à voir dans toute la France.

 

Prestige International Magazine – Eté 2021

BFM TV – Juillet 2021

L’émail est une matière naturelle réduite en poudre et composée de différents minéraux, comme la silice, le feldspath, le kaolin, les oxydes métalliques, le titane, le carbonate de cuivre, le cobalt, l’oxyde de fer, le manganèse, l’étain… Les pigments sont déposés sur le verre, en suspension dans une huile volatile. C’est à la trempe du verre que se fait la fusion avec les émaux.

La trempe consiste à porter le verre à haute température en le passant dans un four, jusqu’à atteindre une température proche de son point de ramollissement, entre 550 et 700 °C en fonction de sa composition. Il est ensuite refroidi rapidement en surface en le plongeant dans un bain à basse température.

Le verre une fois trempé, est feuilleté. Contrairement aux impressions sur verre, les émaux ont une grande durabilité, une grande résistance aux rayons solaires, aux rayures et aux agents chimiques.

 

Guillaume Bottazzi, émaux, janvier 2021

Grand Paris, émaux, janvier 2021

Guillaume Bottazzi, émaux, janvier 2021

Grand Paris, émaux, janvier 2021

L’émail est une matière naturelle réduite en poudre et composée de différents minéraux, comme la silice, le feldspath, le kaolin, les oxydes métalliques, le titane, le carbonate de cuivre, le cobalt, l’oxyde de fer, le manganèse, l’étain… Les pigments sont déposés sur le verre, en suspension dans une huile volatile. C’est à la trempe du verre que se fait la fusion avec les émaux.

La trempe consiste à porter le verre à haute température en le passant dans un four, jusqu’à atteindre une température proche de son point de ramollissement, entre 550 et 700 °C en fonction de sa composition. Il est ensuite refroidi rapidement en surface en le plongeant dans un bain à basse température.

Le verre une fois trempé, est feuilleté. Contrairement aux impressions sur verre, les émaux ont une grande durabilité, une grande résistance aux rayons solaires, aux rayures et aux agents chimiques.

Avant de déposer en suspension sur le verre la poudre composée de différents minéraux, l’artiste réalise des esquisses en grandeur réelle qui serviront de patron.

Guillaume Bottazzi, art in situ, émaux

Grand Paris, émaux, livraison 2021

Guillaume Bottazzi, création en cours dans son atelier, février 2021

Croix, France, émaux, livraison 2021

Ce quadriptyque est le fruit d’une collaboration avec l’agence d’architecture RVA, il est une invitation à un voyage poétique qui met l’humain au cœur des préoccupations de chacun.

Avant de déposer en suspension sur le verre la poudre composée de différents minéraux, l’artiste réalise des esquisses en grandeur réelle qui serviront de patron.

Guillaume Bottazzi, art in situ, émaux

Grand Paris, émaux, livraison 2021

Ce quadriptyque est le fruit d’une collaboration avec l’agence d’architecture RVA, il est une invitation à un voyage poétique qui met l’humain au cœur des préoccupations de chacun.

Avant de déposer en suspension sur le verre la poudre composée de différents minéraux, l’artiste réalise des esquisses en grandeur réelle qui serviront de patron.

Guillaume Bottazzi, création en cours dans son atelier, février 2021

Croix, France, émaux, livraison 2021

Guillaume Bottazzi, emaux en cours de livraison, janvier 2021

Grand Paris, émaux, janvier 2021

Guillaume Bottazzi, émaux réalisés en Ile de France, à Montreuil, pour la résidence Méliès

Grand Paris, émaux, février 2021

Ce polyptyque, composé d’émaux, prend place dans la résidence étudiante Georges Méliès à Montreuil, réalisée par le cabinet d’architectes Valero Gadan.

France 3 TV – Mai 2021

Article au sujet du polyptyque de Guillaume Bottazzi par le magazine In Interiors, mars 2021
Article au sujet du polyptyque de Guillaume Bottazzi par Grand Paris Métropole, mars 2021
Guillaume Bottazzi, emaux en cours de livraison, janvier 2021

Grand Paris, émaux en cours de livraison, janvier 2021

Guillaume Bottazzi, Ile de France, tableau in situ

Grand Paris, Huile sur toile, 9,60 mètres de long, livraison 2022

Sous une hauteur de 5m de haut, en face d’une baie vitrée, une huile sur toile de lin de 10 mètres de long est en cours de réalisation. L’architecte Jean-Baptiste Pietri a dessiné un caisson qui permettra d’encastrer l’œuvre qui sera protégée par une vitre antireflet.

Sur ce projet, l’artiste s’oriente vers une facture légère qui résonne avec le lieu. Ce tableau sera traité pour pallier aux changements de température et les fixations seront inaccessibles.

L'artiste Guillaume Bottazzi dans son studio à Bruxelles, peinture en cours

Grand Paris, Huile sur toile de lin brut, 9,60 mètres de long, livraison 2022

L'artiste Guillaume Bottazzi dans son studio à Bruxelles, peinture en cours

Grand Paris, Huile sur toile de lin brut, 9,60 mètres de long, livraison 2022

Sous une hauteur de 5m de haut, en face d’une baie vitrée, une huile sur toile de lin de 10 mètres de long est en cours de réalisation. L’architecte Jean-Baptiste Pietri a dessiné un caisson qui permettra d’encastrer l’œuvre qui sera protégée par une vitre antireflet.
Sur ce projet, l’artiste s’oriente vers une facture légère qui résonne avec le lieu. Ce tableau sera traité pour pallier aux changements de température et les fixations seront inaccessibles.

Sculpture monumentale en verre signée Guillaume Bottazzi

Croix (59), sculpture en émaux sur verre, hauteur 3 m, livraison 2021

Cette sculpture est située dans l’extension du jardin Mallet-Stevens qui jouxte la Villa Cavrois, une architecture emblématique classée.

Elle mesure 3 mètres de haut et prend place sur le Domaine des Diamants Blancs.

Cette œuvre poétique est réalisée à partir d’émaux. L’émail est une matière naturelle réduite en poudre composée de différents minéraux.

Cette création ambitionne de nous emmener dans un univers irréel qui modifie notre perception de l’environnement ; elle a la vocation de nourrir le passant en le faisant rêver. Elle crée un espace onirique, enchanteur, qui évolue  en fonction de notre imaginaire.

Cette sculpture est un engagement pour la joie d’habiter le lieu.

Sculpture monumentale en verre signée Guillaume Bottazzi

Croix (59), sculpture en émaux sur verre, hauteur 3 m, livraison 2021

Cette sculpture est située dans l’extension du jardin Mallet-Stevens qui jouxte la Villa Cavrois, une architecture emblématique classée.
Elle mesure 3 mètres de haut et prend place sur le Domaine des Diamants Blancs.
Cette œuvre poétique est réalisée à partir d’émaux. Cette création ambitionne de nous emmener dans un univers irréel qui modifie notre perception de l’environnement ; elle a la vocation de nourrir le passant en le faisant rêver. Elle crée un espace onirique, enchanteur, qui évolue  en fonction de notre imaginaire.
Cette sculpture est un engagement pour la joie d’habiter le lieu.

BFM TV – Juin 2021

Guillaume Bottazzi, travail en cours en atelier, décembre 2020

Grand Paris, émaux, livraison 2021